INTERVENANT.E.S

Conférencière

Catherine JAMI

Directrice de recherche au CNRS, membre de l’unité Chine, Corée, Japon (CCJ, UMR 8173) et habilitée à diriger des recherches, Catherine Jami est sinologue et historienne des sciences. Ses travaux portent plus exactement sur l’histoire des mathématiques, sur les dynamiques spatiales et l’histoire des échanges scientifiques entre l’Europe et l’Asie orientale (XVIe-XIXe siècles), sur les rapports entre science et gouvernement en Chine impériale. Elle a notamment publié The Emperor’s new mathematics: Western learning and imperial authority in China during the Kangxi reign (1662-1722) (Oxford, 2012) ; elle a dirigé Individual itineraries and the spatial dynamics of knowledge : science, technology and medicine in China, 17th-20th centuries (Paris, 2017) ou encore Visual and textual representations in exchanges between Europe and East Asia, 16th-18th centuries, avec Luis Saraiva (Singapour, 2018).

Intervenant.e.s

Florence ADROVER

Florence Adrover est doctorante en Histoire à l’EHESS, sous la direction de Catherine Jami. Sa thèse porte sur les missions géographiques en Chine et dans ses marges et sur l’héritage photographique de ces missions (1860-1910). Elle est accueillie cette année au département des Cartes et plans comme Chercheure associée à la BnF pour son projet de recherche « Eugène Gallois (1856-1916) : faiseur d’images au service de la géographie coloniale ». Elle s’intéresse également à l’histoire des collections d’art et d’ethnographie de l’Asie et participe notamment au programme de l’INHA « Collectionneurs, collecteurs et marchands d’art asiatique en France 1700-1939 ».

Sihan CHEN (陈斯涵)

Après avoir obtenu le bac chinois, j’ai fait mes études à l’Université de Wuhan, où j’ai obtenu mes diplômes de licence en français et en journalisme. Depuis ma venue en France, je travaille sous la direction de Monsieur Alain Tallon à la Faculté des lettres (centre Roland Mousnier) de Sorbonne Université. J’ai réalisé un mémoire sur les activités du père Gerbillon (S.J. 1654-1707) à la cour de Pékin et je prépare actuellement une thèse sur les livres français apportés par les missionnaires en Chine au cours des XVIIe et XIXe siècles.

Alice CROWTHER

Alice Crowther est doctorante à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE, PSL) où elle prépare une thèse sur « L’administration des terrains de chasse impériaux de la dynastie Qing (1636-1911) » sous la direction de M. Pierre Marsone. De 2018 à 2021, elle a été chercheuse associée au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, travaillant sur la collection des textes chrétiens en langue mandchoue conservés à la BnF. 

Anne DALLES MARÉCHAL

Docteure en Anthropologie des religions de l’EPHE, je travaille sur les relations interculturelles et interreligieuses dans la région de l’Amour, et plus particulièrement sur les missions chrétiennes et sur les conversions aux Christianismes. Je m’interroge actuellement sur les missions catholiques des Missions Étrangères de Paris en Mandchourie entre 1838 (date de la création de la mission) et 1949 (création de la République populaire de Chine). En tant que chercheuse associée au département Philosophie, histoire, sciences de l’Homme à la BnF, je m’intéresse aux périodiques des missions catholiques et protestantes de l’Asie du Nord du XVIIIe au XXe siècle (Mandchourie, Sibérie extrême-orientale, Corée, et Mongolie Intérieure) comme sources ethnographiques.

Felix DE MONTETY

Felix de Montety est géographe, actuellement chercheur postdoctorant au sein du laboratoire Pacte (Grenoble). Ses travaux portent d’une part sur les liens entre langage et appropriation de l’espace en Asie centrale, en Turquie et dans les Alpes et, d’autre part, sur l’histoire et les méthodes de la géographie et de la linguistique modernes. Il organise chaque année le séminaire « Géographies linguistiques // Linguistic geographies ». Il a été chercheur associé à la BnF en 2016-2017, au Département des Cartes et Plans.

Clément FABRE

Ancien élève normalien agrégé d’histoire, Clément Fabre s’apprête à soutenir une thèse à Paris 1 Panthéon-Sorbonne sous la direction de Pierre Singaravélou et d’Anne Carol. Ses recherches portent sur les dimensions linguistique, corporelle et matérielle de la confrontation occidentale à la Chine au XIXe-XXe siècle. Il s’intéresse à la manière dont les savoirs et imaginaires sur la Chine se jouent dans l’appréhension concrète d’objets chinois — maniement de la langue, interaction physique comme emploi de baguettes —, ainsi qu’aux configurations sociales qui se nouent autour desdits objets — depuis les institutions sinologiques et les musées jusqu’aux réseaux de missionnaires ou de médecins.

Junyuan JIA

Doctorante en 3ème année de thèse à l’EHESS (Centre Chine Corée Japon), mon travail porte sur l’histoire de la compagnie Pathé Orient, succursale chinoise de Pathé Frères. Il est dirigé par Anne Kerlan. Je suis également chercheuse associée à la Bibliothèque nationale de France, au département Son Vidéo Multimédia, pour un projet de catalogage et numérisation de disques de musique chinoise conservés à la BnF, principalement des 78 tours qui datent de la première moitié du XXe siècle.

Axel LE ROY

Doctorant contractuel à la Faculté des lettres de Sorbonne Université (ObTIC-Cellf), je suis également chercheur associé à la Bibliothèque nationale de France (département des Sciences et Techniques). Je suis diplômé du master d’histoire de l’Université d’Aix-Marseille — où j’ai travaillé sur l’histoire de la botanique jésuite en Chine — ainsi que du master Humanités numériques de l’École nationale des chartes. Ma thèse, dirigée par Glenn Roe (SU) et Emmanuelle Chapron (AMU-EPHE), porte sur l’histoire des livres et des savoirs naturalistes à l’époque moderne, plus particulièrement sur la construction des savoirs sur les animaux chinois (1680-1840).

Linlong LI (琳珑李)

Actuellement doctorant à l’École Pratique de Hautes Études (CRCAO), je travaille sous la direction de Bing Zhao (EPHE) et Catherine Capdeville-Zeng (Inalco). Ma recherche, inscrite dans une double perspective d’histoire des techniques comparées et d’anthropologie historique, réévalue l’importation des laques chinois exportés en France et ses impacts culturels et technologiques pendant la période dite des « Treize Hong de Canton (1684-1856) ». Elle traite une passionnante page d’histoire culturelle et technique franco-chinoise qui court sur plusieurs siècles, pour en explorer les dimensions scientifiques, historiques et idéologiques et mieux comprendre l’évolution et la combinaison des technologies liées aux laques chinoises. Concrètement, ce qui m’intéresse plus particulièrement consiste en l’étude des phénomènes culturels et sociaux observables à partir de ces objets, avec des études approfondies sur le plan local.

Maxime MARTIGNON

Docteur en histoire moderne de l’Université Gustave Eiffel, chercheur associé au Mémo (Nanterre) et membre du séminaire du Groupe de Recherche Interdisciplinaire en Histoire du littéraire. Mes travaux portent sur les formes de présence des mondes extra-européens dans les espaces métropolitains européens, principalement en France et en Angleterre. Actuellement postdoctorant au musée du Quai Branly, je travaille sur les circulations d’objets exotiques en France aux XVIIe et XVIIIe siècle.

Sébastien PAUTET

Sébastien Pautet est docteur et agrégé en histoire, enseignant au lycée Docteur Charles Mérieux à Lyon et chercheur associé au laboratoire Identités-Cultures-Territoires (EA 337). Spécialiste des ingénieurs et des circulations de savoirs techniques entre la Chine et l’Europe, il est l’auteur d’une thèse intitulée « Le défi chinois des Lumières. Savoirs techniques et économie politique au temps des circulations sino-européennes (XVIIe-XVIIIe siècles) ».

Eliette SOULIER

Agrégée d’espagnol, je suis enseignante dans le secondaire et doctorante à la Sorbonne Nouvelle, au sein du Centre de Recherche sur l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles (LECEMO-CRES). Ma thèse, sous la direction d’Hélène Tropé, porte sur les représentations de la Chine en Espagne, de la fin du XVIe à la fin du XVIIIe siècle. Il s’agit, à partir d’un corpus de textes aux genres variés (monographies, feuillets d’actualité et fiction), d’envisager la multiplicité des images de la Chine et de ses habitants qui avaient cours en Espagne à l’époque moderne. J’ai également publié une édition critique du récit du voyage à Canton de Chancel de Lagrange, officier à bord de L’Amphitrite, dans les dernières années du XVIIe siècle.

Président.e.s de séances

Emmanuelle CHAPRON

Emmanuelle Chapron est Professeure d’histoire moderne à l’Université d’Aix-Marseille (Telemme) et directrice d’études cumulante à l’EPHE (Histara). Travaillant principalement à partir des terrains français et italiens au XVIIIe siècle, ses recherches portent sur l’histoire politique des bibliothèques, l’histoire matérielle du travail intellectuel (correspondances, voyages, collections…) et l’histoire de l’édition de jeunesse. Elle a notamment publié Ad utilità pubblica. Politique des bibliothèques et pratiques du livre à Florence au XVIIIe siècle (Genève, 2008) Livres d’école et littérature de jeunesse en France au XVIIIe siècle (Oxford,  2021) et co-coordonné en 2020 le volume Où va l’histoire du livre ? Bilans et chantiers dans le sillage d’Henri-Jean Martin (1924-2007) de la revue Histoire et civilisation du livre.

Liliane HILAIRE-PEREZ

Professeure d’histoire moderne à l’Université Paris Cité (laboratoire Identités, Cultures, Territoires, EA 337), Liliane Hilaire-Prérez est également directrice d’études à l’EHESS. Ses recherches portent principalement sur l’histoire des techniques, des ingénieurs et des marchés à l’époque moderne. Elle s’intéresse à l’histoire de la circulation des techniques et aux mobilités dans une perspective comparatiste entre la France et d’Angleterre et à l’échelle du globe. Elle a participé à la direction de différents ouvrages comme l’Histoire des techniques : mondes, sociétés, cultures (XVIe-XVIIIe siècle) (Paris 2016) et dont les plus récents sont Les ingénieurs, des intermédiaires ? Transmission et coopération à l’épreuve du terrain (Europe, XVe-XVIIIe siècle) (Paris, 2022) et Les Sciences et les techniques, laboratoire de l’histoire. Hommage à Patrice Bret (Paris, 2022).

Michel NETZER

Conservateur général des bibliothèques, Michel Netzer dirige depuis 2013 le département Sciences et techniques de la Bibliothèque nationale de France. Il a effectué toute sa carrière dans les bibliothèques, principalement en bibliothèque spécialisée (Ville de Paris), en bibliothèque universitaire (au service commun de la documentation médicale de l’Université Pierrre-et-Marie-Curie) et à la BnF. Ancien élève de l’École normale supérieure, germaniste, il a participé à la traduction des Œuvres choisies d’Albert Einstein (Seuil/CNRS, 1989-1993) sous la direction de Françoise Balibar. Il a également dirigé l’ouvrage Les sciences en bibliothèque (Cercle de la librairie, 2017).

Huiyi WU

Wu Huiyi est chargée de recherche au CNRS (centre Alexandre Koyré). Traductrice de formation, ses premiers travaux de recherche sont dédiés aux traductions de textes chinois par les missionnaires jésuites au XVIIIe siècle. Dans Traduire la Chine au XVIIIe siècle (Paris, 2017), elle propose à la fois un examen de la contribution de sources chinoises à la formation des savoirs européens sur la Chine, et une réflexion sur la fonction de l’écrit comme moyen de savoir en Chine pour les missionnaires européens et les lettrés chinois. Ses plus récentes études sont consacrées aux échanges de données cartographiques sur la Mer Caspienne entre les jésuites français et la cour de Pékin, à la transmission de l’art italien d’illustration botanique en Chine, et à une collection de minéraux chinois au Muséum national d’histoire naturelle.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search