RÉSUMÉS DES COMMUNICATIONS

Conférence d’ouverture

Catherine JAMI

Sources, acteurs et statut des savoirs entre Chine et Europe : nouvelles directions de recherche

Les études sur la connaissance de la Chine en Europe et celles qui portent sur la réception en Chine des savoirs européens ont longtemps constitué des champs disjoints, par leurs sources, leurs méthodes, et les lieux où on s’y est intéressé. Depuis une vingtaine d’années, ces deux domaines d’étude se sont rencontrés, jusqu’à mettre en lumière leur intersection, mais aussi leur appartenance commune à ce qu’on peut appeler une histoire globale des savoirs. Dans cette communication, je voudrais esquisser les évolutions qui ont permis cette rencontre, et les nouvelles questions qu’elle permet en retour de poser.

Communications

Florence ADROVER

La Mission d’exploration commerciale lyonnaise en Chine (1895-1897) : enquêtes économiques et approches sensibles dans la Chine méridionale et centrale

La Mission lyonnaise d’exploration commerciale en Chine constitue une initiative privée, qui contraste avec les entreprises étatiques précédentes. Le contexte géopolitique favorable et la conjoncture socio-économique stimulante en précipitent le départ. La France, la Russie et l’Allemagne s’imposent comme puissances médiatrices entre la Chine vaincue et le Japon victorieux. La Chambre de Commerce de Lyon entrevoit une évolution économique décisive, à laquelle la France doit prendre part. Avec les promesses attendues du Traité de Shimonoseki, dont celle du chemin de fer, Lyon espère ainsi établir une « soudure commerciale », suivant l’expression du chef de mission Henri Brenier, entre l’Indochine et la Chine centrale. Partant de Marseille le 15 septembre 1895, la Mission s’acclimate à l’Indochine tropical, avance vers les provinces méridionales de la Chine pour faire de Chongqing 重慶 son centre d’opération jusqu’en novembre 1896. Si l’étude de la sériciculture demeure la priorité, les objectifs englobent l’étude des différents débouchés commerciaux au Yunnan 云南 et au Sichuan 四川 et la recherche des voies de communication les plus adaptées pour atteindre l’intérieur de la Chine. Le champ de la mission s’avère donc d’ampleur, comprenant un vaste territoire et des thématiques variées. Outre l’économie, la géologie, l’hydrographie et, dans une moindre mesure, l’ethnographie suscitent l’intérêt de la mission, qui présente en 1898 une somme générale des connaissances sur la Chine sous la forme d’un rapport abondamment illustré. En ce sens, la mission nous semble participer d’un renouvellement visuel de la Chine, où la photographie joue un rôle particulier. Outil de renseignement pour les membres de la mission et outil de visualisation pour le grand public, elle s’impose à la fois comme un agent et un intermédiaire de la connaissance. Aussi, s’agira-t-il d’étudier l’articulation entre l’enquête économique et l’approche sensible que révèle a posteriori la pratique photographique.

Sihan CHEN (陈斯涵)

La « Bibliothekenstrategie » du père Niccolò Longobardo (S.J. 1565-1655) : suivit-il vraiment la méthode d’accommodation de Ricci ?

Selon le père H. Verhaeren, lorsque le père N. Longobardo élabora le projet d’établir en Chine un réseau des bibliothèques et envoya à cette fin le père Trigault en Europe en 1613, il suivit la méthode de M. Ricci, qui, à la fin de sa vie, “avait eu idée de réformer le calendrier chinois et de traduire des ouvrages scientifiques essentiels de l’Europe”. Cependant, étant le premier homme qui souleva la question des rites chinois (Pfister), le père Longobardo soupçonnait toujours la méthode d’accommodation de Ricci et il ne devint sage qu’après avoir été instruit “par le malheureux résultat de sa ferveur” (Bartoli), c’est à dire la persécution de Nanjing en 1616. En retraçant les activités d’évangélisation du père Longobardo en Chine et en examinant de plus près les ouvrages rédigés par ce père, j’essaie de monter les différences entre les opinions du père Longobardo et celles du Ricci à propos de “prêcher avec les livres”. Et puisque c’était avec Xu Guangqi et Li Zhizao, les piliers du christianismes chinois que Ricci avait discuté ce projet de traduction (Verhaeren), il ne serait pas inutile de comparer ce que ces chrétiens chinois attendaient de la collection de Trigault (révélé dans leur récit pour défendre le christianisme lors de la persécution 1616) avec ce que les missionnaires envisageait de faire avec cette collection (trouvé dans memorandum du père Trigault au Général de la Compagnie en 1616). D’après N. Standaert, l’un des facteurs influençant la transmission de la culture renaissance durant cette deuxième période (Longobardo-Trigault), est de savoir si la traduction a été faite à la demande de collaborateurs chinois ou initiée par les missionnaires eux-mêmes et il n’est rien étonnant que les écrits de la première catégorie avaient une diffusion plus large et une influence plus grande que la seconde.

Alice CROWTHER

Irkoutsk : un lieu de production de matériaux pour l’étude des langues de l’Empire Qing ?

Le séjour de Julius Klaproth (1783-1835) à Irkoutsk en 1805-6 et ses achats de livres à cette occasion figurent dans sa biographie comme une étape marquante de son parcours sinologique. Après un rappel de la place des matériaux provenant de ce séjour dans les collections de la Bibliothèque nationale, cette communication se concentre sur deux dictionnaires manuscrits qui auraient été rédigés ou annotés à Irkoutsk à la fin du XVIIIe siècle. L’un de ces dictionnaires – un dictionnaire mandchou-chinois-russe rédigés par un certain « Paritschow » – est aujourd’hui disparu, mais il appartenait certainement à Klaproth, et après la vente de sa bibliothèque il passa entre les mains de Guglielmo Libri (1803-1869). L’autre dictionnaire (mandchou-chinois-russe-(latin)-allemand), aujourd’hui conservé à la British Library (Add. Ms 18104), provient d’une vente des livres de Libri organisée à Londres en 1850. Ce document pose une énigme du fait de l’ajout d’une annotation indiquant une provenance manifestement fausse, comme cela fut démontré par Ralph Cleminson en 1988 lors de son catalogage des manuscrits cyrilliques conservés au Royaume-Uni. Cette fausse attribution prétend que le dictionnaire – écrit sur du papier russe portant des filigranes du XIXe siècle – fut rédigé par l’éminent sinologue russe Aleksei Leont’ev (1716-1786) en 1773, et que des annotations en allemand y furent ajoutés en 1782 par un médecin (inexistant) nommé Gerhard Mertens qui aurait travaillé au Collège médical d’Irkoutsk (institution imaginaire). Cela amène à s’interroger sur la possibilité que d’autres « manuscrits et livres orientaux » vendus par Libri en 1850 aient pu été altérés, même si l’intérêt monétaire de telles actes de forgerie semble beaucoup moins évident que dans le cas de la provenance des manuscrits du Moyen Âge qu’il subtilisa dans les bibliothèques françaises. Le choix d’Irkoutsk comme lieu de provenance de cette fausse attribution invite aussi à s’interroger sur l’image de la ville frontalière d’Irkoutsk qu’on avait en Europe du début du XIXe siècle.

Anne DALLES MARÉCHAL

Les écrits missionnaires comme sources ethnographiques en Asie du Nord (Mandchourie, Sibérie extrême-orientale, Corée et  Mongolie Intérieure, 1840-1900)

En Asie du Nord, les missionnaires des Missions Étrangères de Paris sont confrontés à un climat extrême, et à des situations politiques difficiles, qui menacent leur vie au quotidien. Ils côtoient des populations variées : Mandchous, Mongoles, Toungouses, Han, Coréens ou Russes – autant de populations aux pratiques religieuses uniques qui sont au cœur de leurs récits. Dans leurs lettres personnelles, les informations se croisent et donnent une idée de la vie de ces hommes et de ces femmes : aux soucis financiers, toujours au cœur du quotidien missionnaire, se mêlent les aléas de la vie en terre lointaine (état des routes, nourriture, contacts, …). Dans un premier temps, je propose de m’intéresser à ces sources ethnographiques de première main. Parmi ces écrits se trouvent ceux destinés à la publication, dont la dimension éditoriale réside principalement dans l’importance d’un auditoire à prendre en compte, de façon à susciter aussi bien des vocations que des donations. C’est précisément ce travail de publication et d’édition qui donnent aux périodiques une sorte de biographie spécifique que je propose d’aborder dans un deuxième temps. Cette communication s’appuie sur un travail sur les archives des Missions Étrangères de Paris conservées par l’Institut de Recherche France-Asie et les périodiques missionnaires conservés par la BnF, entre 1838 (date de la création de la mission de Mandchourie) et 1900 (scission de la mission en deux). Dans ce travail encore exploratoire, j’aborde ces données d’un point de vue anthropologique et historique en considérant les lettres comme des données empiriques ethnographiques.

Felix DE MONTETY

L’étude du turc oriental et le développement des savoirs européens sur la langue ouïghoure au XIXème siècle

Langue turcique aujourd’hui parlée par une quinzaine de millions de personnes au sein de la République Populaire de Chine et dans la diaspora turcique de par le monde, la langue aujourd’hui connue sous le nom de « ouïghour » est longtemps restée méconnue des savants européens, qui n’ont commencé à la décrire avec précision qu’au XIXe siècle. C’est alors que des récits de voyage, travaux philologiques, ethnographiques et géographiques sur l’Asie centrale et les marges occidentales de la Chine ont permis d’en éclairer les traits spécifiques. Plusieurs siècles après les premiers éléments de lexique rapportés de son voyage en Mongolie par Guillaume de Rubrouck (XIIIe siècle), les travaux de Julius Klaproth (1783-1835) dès 1812, puis de son contemporain Jean-Pierre Abel-Rémusat (1788-1832), ont mis en lumière la langue et l’écriture ouïghoures, non sans laisser perdurer certains malentendus sur la continuité et les différences majeures entre le ouïghour ancien et les langues turques vernaculaires parlées dans l’Empire chinois de leur temps. A la fin du XIXe siècle, c’est avec Robert Barkley Shaw (1839-1879) qu’est proposée une première description générale et synthétique du « turki » parlé par les populations du Turkestan oriental (1875), tandis que l’installation de missionnaires chrétiens, notamment suédois, conduit dans les décennies suivantes à la publication au Xinjiang de nombreux matériaux et études. Cette communication tentera d’esquisser une histoire de l’appréhension européenne de la langue ouïghoure en présentant quelques uns des premiers travaux en allemand, français et anglais sur les langues turciques de l’ouest de l’Empire chinois, en en décrivant succinctement les sources, les méthodes philologiques et les imaginaires savants, et en mettant en évidence les enjeux qu’ils soulèvent du point de vue de l’histoire des savoirs européens sur la Chine contemporaine et de l’histoire de la turcologie.

Clément FABRE

Traduire, décrire, incorporer l’étiquette chinoise au XIXe siècle : entre savoirs sinologiques et connaissance par corps

La « ritualisation des corps » (Bai Limin, 2004) dans la Chine des Qing attire précocément la curiosité des observateurs occidentaux, au point que « l’étiquette chinoise » devient dès la deuxième moitié du XVIIIe siècle un motif récurrent au sein du champ sinologique. Focalisée sur les missionnaires et diplomates anglophones et francophones déployés en Chine des années 1830 aux années 1920, cette intervention entend saisir ces attentions occidentales à l’étiquette chinoise sous un double jour. Celui, déjà, d’une mise en savoir sinologique de l’étiquette chinoise, appuyée aussi bien sur la traduction de la littérature ritualiste chinoise que sur l’observation de terrain, à la faveur de laquelle ces missionnaires et diplomates s’efforcent de se tailler une légitimité au sein du champ sinologique. Celui, ensuite, d’un savoir-faire incorporé. Si missionnaires et diplomates s’intéressent à l’étiquette chinoise, c’est en effet, avant tout, parce qu’on attend d’eux qu’ils en maîtrisent les règles pour ne pas offenser inutilement leurs interlocuteurs chinois, ni se laisser insulter par eux. Aussi s’agit-il de mettre au jour les dispositions pratiques que cette double injonction leur impose d’acquérir, les apprentissages au gré desquels ils incorporent ces dispositions, et les expertises – occidentales et chinoises – mises en jeu dans ces apprentissages. D’étudier, aussi, l’influence qu’exercent sur ces apprentissages les transformations de l’étiquette chinoise au cours du XIXe siècle, puis autour surtout de la transition républicaine. D’élucider, enfin, la manière dont s’articulent ces savoir-faire incorporés et ces descriptions sinologiques, et de montrer que l’on ne saurait comprendre ces dernières en faisant l’impasse sur la « connaissance par corps » (Pierre Bourdieu, 1997) dont l’étiquette chinoise fait l’objet tout au long du XIXe siècle.

Junyuan JIA

De la notation au cylindre phonographique : l’enregistrement de musique en Chine du XIXe siècle

Depuis longtemps, les échanges culturels et artistiques entre la Chine et l’Occident se réalisent par différents moyens et se manifestent sous plusieurs formes. Quant à la musique, nous voyons la circulation de partitions musicales, la diversification et la variation des instruments, l’interaction entre différentes formes de performance, etc. Ma recherche consiste à étudier l’histoire de la compagnie Pathé Orient, la succursale chinoise de Pathé Frères, ainsi que l’intervention de cette compagnie française, dont la branche phonographique joue un rôle très important dans sa stratégie commerciale, dans l’histoire de  la musique en Chine. Cette communication portera sur la technique d’enregistrement de la musique en Chine au XIXe siècle, période où la machine parlante a été conçue et inventée puis introduite en Chine. Il s’agira d’étudier tout particulièrement la réception de la technique occidentale d’enregistrement du son dans la dernière dynastie de l’Empire.

Axel LE ROY

Une tortue pourrait-elle voler ? La circulation des images d’animaux : d’un manuel de peinture chinoise à la Chine illustrée d’Athanase Kircher (1667)

« J’avoue que j’aurais de la peine à croire qu’il y eût de tels animaux, qui eussent des ailes, vu que cela semble répugner à la nature de cet animal », écrivait Athanase Kircher, à propos de tortues de Chine, dans la China illustrata (Amsterdam, 1667). Mais comment expliquer la présence d’une tortue qui, dans la planche de son chapitre X, vole parmi les oiseaux, au-dessus des palmiers ? À partir de cette question et en remontant la chaîne de transmission des images, nous voudrions apporter de nouveaux éclairages sur l’histoire de la Flora sinensis de Boym (Vienne, 1656). En nous appuyant sur les travaux les plus récents (Monumenta Serica vol. 59, 2011 ; Grusiecki, 2019), nous situerons ce livre dans l’itinéraire de son auteur, entre mission religieuse, ambassade diplomatique et projet intellectuel. Puis, à partir des pages consacrées aux animaux, nous présenterons les sources et la diffusion de la Flora sinensis. Nous pourrons ainsi éclairer la circulation et la construction — par les livres — des savoirs sur la Chine à l’échelle du monde entre les XVIe et XVIIe siècles.

Linlong LI (琳珑李)

La circulation des techniques qianghua (戗划) de la laque entre la Chine et la France au XVIIIe siècle

Ma recherche s’inscrit dans une double perspective d’histoire des techniques comparées et d’anthropologie historique. Elle réévalue l’importation des laques chinoises exportées en France et ses impacts culturels et technologiques au début de l’époque moderne. Cette communication poursuit ma réflexion sur l’analyse anthropologique des échanges culturels entre la Chine et la France autour de la laque et porte essentiellement sur l’impact en France de la circulation des objets chinois laqués et de leurs techniques « Qianghua 戗划 ». Les laques représentent un objet particulièrement adapté pour étudier les diverses modalités qui président aux échanges d’objets d’art, les valeurs véhiculées par ces objets de luxe et les différents regards qui leur donnent sens dans des contextes sociaux différents. Malgré l’exotisme de leur provenance lointaine, la beauté de leur matière, leur caractère précieux et leur prix élevé, les laques restèrent généralement considérés en France comme des pièces décoratives, résultat d’un travail manuel ne méritant donc pas autant d’estime que les œuvres d’art inspirées par l’esprit, telle une peinture ou une sculpture. La technique des objets laqués, connue depuis l’Antiquité et spécifique à l’Extrême-Orient, fascina les Européens lors de leurs premiers contacts avec la lointaine Asie. Au sujet des laques, les Européens s’intéressèrent essentiellement aux techniques de fabrication, inconnues en Europe, sans porter d’attention ni au riche symbolisme des végétaux et des animaux, ni aux sources littéraires, philosophique, religieuses ou autres inspirant certains décors. Les Français ont imité les vernis de la Chine, mais contrairement au procédé de fabrication des porcelaines — découvert et repris en Europe au début du XVIIIe siècle puis diffusé dans différentes manufactures —, celui de la laque n’a jamais été égalé par les Occidentaux qui ne produisirent que des imitations imparfaites. Le laque et ses techniques conservèrent donc un certain mystère pour l’Europe du XVIIIe siècle.

Maxime MARTIGNON

Claude Bernou traducteur de Magalhães (1688) : entre offre de services et opération politique

L’œuvre et les activités de Gabriel de Magalhães (1610-1677), jésuite portugais, au sein du tribunal des Mathématiques sont désormais bien connus, à la fois par un épais dossier documentaire et par la relation qu’il laissée (Pih, 1979 ; Romano, 2004). On s’est toutefois moins intéressé aux intermédiaires qui ont rendu disponibles en Europe ses textes et notamment la Nouvelle Relation de la Chine parue pour la première fois à Paris en 1688. Son traducteur, Claude Bernou, n’était pas un jésuite mais un petit abbé de cour chargé notamment d’écrire l’actualité du règne de Louis XIV dans La Gazette. Cette communication voudrait à la fois éclairer les enjeux de publication de cette traduction à l’échelle de la carrière politique de Bernou et revenir sur les réseaux, notamment diplomatiques et intellectuels, mobilisés autour de la circulation manuscrite de Magalhães. Enfin, on s’intéressera aux modifications du plan de l’ouvrage décidé par Bernou.

Sébastien PAUTET

Une expertise chinoise : kang (炕), économie minérale et politiques amélioratrices (1768-1779)

Dans les années 1760, l’administration royale française finança l’entretien de l’ancienne mission jésuite demeurée à Pékin malgré la répression contre les jésuites menée dans le royaume. Ce soutien qui s’étendit jusqu’à la Révolution française avait notamment pour but de tirer de la Chine une expertise sur des sujets techniques qui revêtaient une importance politique particulière pour l’administration. Un sujet retint particulièrement l’attention du ministre Henri-Léonard Bertin et gagna bientôt les cercles savants en France et en Angleterre : les fourneaux utilisés pour le chauffage domestique de la population de Pékin, appelés kang . Ces fourneaux employaient une source d’énergie convoitée mais controversée en Europe pour répondre à la pression écologique exercée sur les ressources forestières : le charbon. La communication propose de comprendre comment l’expertise chinoise a été sollicitée par les cercles savants et administratifs pour répondre aux questionnements politiques posés par la transition énergétique européenne vers une économie minérale. En insistant sur ce qui rapprochait la Chine et l’Europe, il s’agit d’étudier non seulement la façon dont furent construits des savoirs sur les usages chinois du charbon, mais encore la politisation faite en France des informations obtenues de la Chine par l’intermédiaire de la mission catholique française dans une perspective utilitaire et comparative. Le cas du charbon illustre plus largement, la façon dont la Chine s’imposa comme l’un pôle de la culture technique des Lumières, au point de servir de modèle dans les débats des réformateurs, voire de laboratoire des voies de développement possibles offertes à l’État royal français.

Eliette SOULIER

Traductions castillanes d’ouvrages européens sur la Chine (XVIe-XVIIIe siècles) : circulation et transformation des savoirs

La contribution espagnole à la construction des savoirs sur la Chine a longtemps été négligée par rapport à celle d’autres empires (France, Angleterre, Pays-Bas) ou d’autres acteurs internationaux (la Compagnie de Jésus). Ainsi, le très bel ouvrage collectif intitulé Rêver la Chine. Chinoiseries et regards croisés entre la Chine et l’Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles, sous la direction de Vanessa Alayrac Fielding (2017), ne mentionne pas une seule fois l’Espagne. Certes, quelques œuvres castillanes sont bien connues, comme celles de Mendoza (Historia del gran reino de la China, 1585), de Palafox y Mendoza (Historia de la conquista de la China por el tártaro, 1670) ou de Navarrete (Tratados históricos, políticos y religiosos de la monarquía de China, 1676). Dans un récent travail sur « l’Europe et l’englobement du monde », Antonella Romano analyse la contribution des deux premiers à l’élaboration des connaissances européennes sur l’empire du Milieu (Impressions de Chine, 2020). Cependant, les trois œuvres citées ne représentent que la face émergée d’un très riche corpus hispanique sur le sujet, encore méconnu en France, tant des hispanistes que des historiens. En outre, aucune attention systématique n’a été prêtée aux phénomènes de traduction et de circulation des ouvrages entre l’Espagne et les pays voisins. Une telle étude nous permettra de dessiner l’insertion de la monarchie castillane dans les itinéraires européens du savoir, et d’évaluer les conséquences de ces passages d’une langue à l’autre sur les représentations de la Chine et de ses habitants.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search